Catégories
Comité scientifique Le Perche au Moyen-Age Le Perche sous l'Antiquité Manifestations

18-25 septembre 2021, Mortagne-au-Perche, exposition : AGGLOMÉRATIONS GALLO-ROMAINES ET MÉROVINGIENNES DANS LE PERCHE

18-25 septembre 2021, Mortagne-au-Perche

AGGLOMÉRATIONS GALLO-ROMAINES
ET MÉROVINGIENNES
DANS LE PERCHE

Une exposition de Fabrice MORAND

Originaire de Mortagne-au-Perche, passionné d’archéologie, administrateur des Amis du Perche de l’Orne, Fabrice MORAND collabore aux travaux du Service Régional de l’Archéologie (dépendant de la DRAC à Caen) comme bénévole depuis plus de 20 ans.

Les trois agglomérations secondaires gallo-romaines du Perche Ornais.

Les opérations successives de surveillance de travaux, les sondages archéologiques et les prospections au sol et aériennes ont permis d’esquisser l’organisation des sites gallo-romain d’Origny-le-Roux, de Tourouvre et de Saint Ouen-de-la-Cour, qui s’apparentent à des relais routiers.

Les relais routiers (mansiones) sont des infrastructures plus ou moins importantes de services qui participent à l’équipement du réseau routier dans l’Empire romain. Ils s’organisent selon une chaîne d’établissements logistiques régulièrement échelonnés pour répondre aux besoins des voyageurs et de leurs attelages qui trouvent à leur disposition le gîte avec le couvert, des bains et éventuellement des infrastructures de loisirs (théâtre) et des temples pour les pratiques cultuelles.

L’activité commerciale caractérise également les stations routières, lieux d’écoulement des productions agricoles et artisanales locales et régionales.

L’activité artisanale est également représentée par de nombreuses scories issues du nettoyage ou de la destruction de structures de réduction du minerai de fer.

Flyer Agglo Gallo_Romaines et Mérovingiens dans le Perche

Les Mérovingiens autour de Mortagne

Une évaluation a été conduite en 2007 à Sainte Céronne, qui a permis de dater une occupation mérovingienne dans une fourchette chronologique allant du VIe  siècle au début du VIIIe  siècle, soit une occupation sur toute la période mérovingienne, tant au plan funéraire que de l’habitat, puisque des maisons et leurs annexes ont été découvertes.

 

L’exposition présente des panneaux didactiques qui détaillent les résultats de ces campagnes de fouille, agrémentés de dessins et photos des objets découverts ainsi que de plans et photos aériennes. Grâce au concours de la Municipalité de Mortagne qui a bien voulu prêter quelques objets conservés au Musée Percheron, ainsi qu’aux prêts des communes de Tourouvre et de Sainte Céronne, quatre vitrines présenteront des objets issus des fouilles, à côté d’autres objets antiques ou répliques modernes grandeur nature qui enchanteront le visiteur !

 L’exposition est destinée à tous publics, mais les scolaires apprécieront particulièrement les visites guidées de l’exposition par Fabrice Morand, inventeur de ces trouvailles.

Protocole sanitaire :

  • Port du masque obligatoire
  • Respect des gestes barrières
  • Pass sanitaire requis.

Pratique :

  • Entrée libre et gratuite
  • du samedi 18 au samedi 25 septembre 2021, 14h30-18h00.
  • Salle Fernand Vallée, 1 rue Henri Chartier, 61400 Mortagne-au-Perche

Page créée le 8 septembre 2021.

Catégories
Comité scientifique Le Perche de 1939 à 1945 Manifestations

Dimanche 19 Septembre, 15h30, AUTHON-DU-PERCHE, CONFÉRENCE : “Les enfants juifs du « Nid des Bois »”

Dimanche 19 Septembre, 15h30 À AUTHON-DU-PERCHE,
Salle RENÉ SOLER
CONFÉRENCE Les enfants juifs du « Nid des Bois »

Pendant près d’un demi-siècle, des années 1900 aux années 1950, s’est tenue à côté de la mairie d’Authon-du-Perche, une maison d’enfants, le Nid des Bois, appartenant à la Maison Maternelle, une fondation de la journaliste et militante féministe Louise Koppe, venant en aide aux enfants des familles en difficulté sociale ou sanitaire. Cette maison, dirigée pendant les années d’occupation par Félicie Claer, a accueilli des enfants juifs parisiens, Léon Mallah, Marcel Azouz, et trois frères, Samuel, Maurice et Joseph Chicheportiche. C’est leur histoire et celle de ce lieu, le Nid des Bois, que se proposent de vous faire découvrir et partager Alexandre Paris, Cécile Boudet, Elisabeth Coutris et Michelle Bouilland-Chauveau, quatre enseignants qui, dans le cadre d’un projet scolaire, ont parcouru les dépôts et les dossiers d’archives ainsi qu’une abondante documentation pour reconstituer ce que fut l’histoire des enfants juifs du Nid des Bois d’Authon-du-Perche pendant la Seconde Guerre Mondiale. Cette intervention sera suivie d’échanges avec la salle.

Ce travail de recherche a fait l’objet de la rédaction d’un article très dense, publié sous le même titre, dans les Cahiers Percherons, n°224, en février dernier.

Elisabeth GAUTIER-DESVAUX, Vice-présidente de la Fédération des Amis du Perche, rédactrice en chef des Cahiers Percherons.
Michel KRECKE, président des Amis du Perche d’Eure-et-Loir.

Pratique :

  • Salle René Soller, Authon-du-Perche

Protocole sanitaire

  • port du masque obligatoire
  • Pass sanitaire requis

Page créée le 29 août 2021.

Catégories
Le Perche au Moyen-Age Manifestations

Dimanche 1er août 2021, 15h30, Loisé : Conférence de Claude Boitard, “Le legs architectural de Marguerite de Lorraine dans le Perche”

Le legs architectural de Marguerite de Lorraine dans le Perche

Conférence de Claude Boitard

Dimanche 1er août 2021, 15h30, église Saint-Germain de Loisé (Mortagne-au-Perche)

En cette année commémorative de la mort de Marguerite de Lorraine (1463-1521), il nous a semblé intéressant de consacrer une conférence à la question des traces architecturales visibles et disparues léguées par cette princesse à la province du Perche”.

Les nécessités de son époque (un demi-siècle après la Guerre de Cent-Ans) expliquent, bien sûr, pourquoi Marguerite de Lorraine a été une souveraine bâtisseuse, dans le Perche comme dans le reste de ses Etats. De plus, des découvertes toutes récentes, effectuées grâce au dépouillement d’archives jusqu’alors inexploitées, font voir comment ce qu’elle a fait à Mortagne a changé durablement la figure de la ville. Des  constructions qu’on lui attribuait jusqu’ici, on apprend ainsi qu’elle n’y est pour rien. D’autres toujours bien là ou dont il reste des traces peuvent lui être attribuées, ce que l’on découvre aujourd’hui à l’occasion de recherches approfondies. Au total, si les nécessités du temps ne suffisent pas à rendre compte de l’œuvre immobilière de Marguerite, peut-on remonter jusqu’à ce qui l’y a prédisposée ?

Tel sera l’objet de la conférence donnée par Claude Boitard, dimanche 1er août à 15h30, dans l’église saint-Germain de Loisé (proche de Mortagne-au-Perche), grâce au concours des associations des Amis du Perche et de Mortagne-au-Perche patrimoine. Le propos sera illustré à mesure par la projection de vues prises par Vincent Lebel.

Cette conférence est identique à celle donnée le samedi 19 juin à la chapelle Saint-François. Elle est réitérée, car le nombre de places était limité.

Cloitre du couvent Saint-François, Mortagne-au-Perche (crédit : Elisabeth Gautier-Desvaux)
Cloitre du couvent Saint-François, Mortagne-au-Perche (crédit : Elisabeth Gautier-Desvaux)

Une journée dédiée à Marguerite de Lorraine

Voici 500 ans, Marguerite de Lorraine faisait son tour d’adieu sur ses terres et Etats du duché d’Alençon et du comté du Perche. Malade, elle passa une dernière fois à Mortagne, son lieu de villégiature préféré, avant de s’éteindre au couvent des Clarisses à Argentan, le 19 novembre 1521.

Le dimanche 1er août, la ville de Mortagne, la paroisse Sainte-Céronne-au-Perche, le comité des fêtes de Loisé, Mortagne-au-Perche Patrimoine et les Amis du Perche de l’Orne se sont associés. Après avoir consacré une journée à l’historien et archéologue Michel Fleury (en août 2012) et au chanoine Jean Aubry (en août 2016), ils ont honoré cette année la petite-fille du « Bon roi René ».

Le matin, dans une église Saint-Germain comble pour la fête patronale de Loisé, le père Claude Boitard débutait son office en rendant hommage à Marguerite de Lorraine : l’épouse du duc René d’Alençon, la responsable politique qui a assaini la dette du duché (l’équivalent de 10 années budgétaires), la mère dévouée au profit de ses enfants dont son fils Charles IV d’Alençon (beau-frère du roi François 1er) et enfin la femme pieuse, qui créa de nombreuses maisons religieuses. Toutes les qualités de Marguerite de Lorraine ont été reconnues par l’Eglise, en la déclarant ‘‘Bienheureuse’’ le 15 mars 1921.

Mortagne au début de la Renaissance

L’après-midi, devant 60 personnes, Claude Boitard et Vincent Lebel ont rappelé « le legs architectural de Marguerite de Lorraine dans le Perche » ; en « établissant des vérités, en corrigeant des faits maintes fois répétés depuis plusieurs générations, en s’appuyant sur les recherches effectuées par des historiens dans les archives notariés », indique le 1er intervenant. De son côté, Vincent Lebel s’est attaché « à observer les pierres, pour essayer d’émettre des hypothèses. »

Vincent Lebel et Claude Boitard, des conférenciers passionnants et passionnés
Vincent Lebel et Claude Boitard, des conférenciers passionnants et passionnés

Ainsi, 45 ans après la fin de la Guerre de Cent ans, « lorsqu’elle devient duchesse douairière, c’est-à-dire gestionnaire du duché d’Alençon et du comté du Perche jusqu’à la majorité de son fils Charles IV, Marguerite de Lorraine modifie l’espace situé au sein de l’enceinte du fort de Toussaint. » De nouvelles maisons sont érigées. La maison médiévale des comtes du Perche est démantelée, au profit de nouvelles demeures.

La chapelle seigneuriale Notre-Dame est reconstruite, devenant une véritable église, de style gothique flamboyant, empiétant sur une partie de l’enceinte située entre la porte Saint-Denis et le beffroi de l’église. Son chevet plat intègre un vitrail à la gloire de la duchesse, « probablement réalisé de son vivant ». Au XIXe siècle, ce vitrail fut acquis par Patu de Saint-Vincent et placé dans l’église Saint-Barthélémy du Pin-la-Garenne, dont subsiste un portrait de Marguerite de Lorraine.

Les lieux de résidence établis dans le Perche

Aussi, plusieurs résidences de Marguerite de Lorraine ont été établies, avec démonstration. Ainsi, « alors que la tradition populaire mentionnait sa maison à proximité du futur couvent Saint-François [NDRL : actuellement rue Marguerite de Lorraine], nous savons dorénavant qu’elle résidait la partie gauche de l’Hôtel de Puisaye », raconte Claude Boitard. En échange, « ce que l’on pensait être sa maison n’était que le petit hôpital qu’elle acheta ». Il se trouvait à proximité du couvent Saint-François, où se retirèrent les religieuses de Sainte-Elisabeth de Hongrie.

A Mauves-sur-Huisne, lieu de villégiature estivale pour protéger ses enfants de la malaria (air malsain et pestilentielle des cours d’eau d’Alençon), « elle fait construire sa maison, qu’elle donna à son médecin Jean Goëvrot, futur médecin de François 1er. »

 

Ainsi, cette conférence a permis de découvrir un passé insoupçonné de Mortagne, l’implication de Marguerite de Lorraine pour transformer la ville à l’aube d’une nouvelle ère politique (l’époque moderne) et artistique (la Renaissance). Cette conférence sera publiée – à la fin de l’année – dans un numéro des Cahiers Percherons.

Pour aller plus loin :

Logo 500 ans de la mort de Marguerite de Lorraine

Samedi 19 juin 2021, chapelle de l’hôpital de Mortagne : Le legs architectural de Marguerite de Lorraine dans le Perche

Les nécessités de son époque (un demi-siècle après la Guerre de Cent-Ans) expliquent, bien sûr, pourquoi Marguerite de Lorraine a été une souveraine bâtisseuse, dans le Perche comme dans le reste de ses Etats. De plus, des découvertes toutes récentes, grâce aux archives, font voir comment ce qu’elle a fait à Mortagne a changé durablement la figure de la ville. Des constructions qu’on lui attribuait jusqu’ici, on apprend ainsi qu’elle n’y est pour rien. D’autres toujours bien là ou dont il reste des traces, aujourd’hui seulement on découvre que c’est elle qui les a voulues. Au total, si les nécessités du temps ne suffisent pas à rendre compte de l’œuvre immobilière de Marguerite, peut-on remonter jusqu’à ce qui l’y a prédisposée ?
Tel sera l’objet de la conférence donnée par Claude Boitard, samedi 19 juin à 18 heures, dans la chapelle de l’Hôpital de Mortagne, grâce au concours des associations des Amis du Perche et de Mortagne-au-Perche patrimoine. Le propos sera illustré à mesure par la projection de vues prises par Vincent Lebel.

Lire la suite »

Site internet du Diocèse de Séez consacré à Marguerite de Lorraine : cliquez ici.

Page créée le 25 juillet 2021, mise à jour le 13 août.

Catégories
Le Perche au Moyen-Age Manifestations

Samedi 19 juin 2021, chapelle de l’hôpital de Mortagne : Le legs architectural de Marguerite de Lorraine dans le Perche

Le legs architectural de Marguerite de Lorraine
dans le Perche

Conférence de Claude Boitard

Samedi 19 juin 2021, 18h00,
chapelle de l'hôpital de Mortagne-au-Perche

En cette année commémorative de la mort de Marguerite de Lorraine (1463-1521), il nous a semblé intéressant de consacrer une conférence à la question des traces architecturales visibles et disparues léguées par cette princesse à la province du Perche”.

Les nécessités de son époque (un demi-siècle après la Guerre de Cent-Ans) expliquent, bien sûr, pourquoi Marguerite de Lorraine a été une souveraine bâtisseuse, dans le Perche comme dans le reste de ses Etats. De plus, des découvertes toutes récentes, effectuées grâce au dépouillement d’archives jusqu’alors inexploitées, font voir comment ce qu’elle a fait à Mortagne a changé durablement la figure de la ville. Des  constructions qu’on lui attribuait jusqu’ici, on apprend ainsi qu’elle n’y est pour rien. D’autres toujours bien là ou dont il reste des traces peuvent lui être attribuées, ce que l’on découvre aujourd’hui à l’occasion de recherches approfondies. Au total, si les nécessités du temps ne suffisent pas à rendre compte de l’œuvre immobilière de Marguerite, peut-on remonter jusqu’à ce qui l’y a prédisposée ?

Tel sera l’objet de la conférence donnée par Claude Boitard, samedi 19 juin à 18 heures, dans la chapelle de l’Hôpital de Mortagne, grâce au concours des associations des Amis du Perche et de Mortagne-au-Perche patrimoine. Le propos sera illustré à mesure par la projection de vues prises par Vincent Lebel.

Cloitre du couvent Saint-François, Mortagne-au-Perche (crédit : Elisabeth Gautier-Desvaux)
Cloitre du couvent Saint-François, Mortagne-au-Perche (crédit : Elisabeth Gautier-Desvaux)

Respect du protocole sanitaire :

  • port du masque obligatoire
  • Respect des gestes barrières
  • gel hydroalcoolique à l’entrée.
  • Dans la limite des places disponibles.

Pratique :

  • Chapelle Saint-François, via le cloitre, au sein de l’hôpital Marguerite de Lorraine.
  • 9 rue de Longny-au-Perche, 61400 Mortagne-au-Perche
  • Entrée libre et gratuite.

Les publications des Amis du Perche :

# Sur Marguerite de Lorraine

# de Claude BOITARD

# de Vincent LEBEL :

Page créée le samedi 5 juin 2021, mise à jour le 5 juin.

Catégories
La Guerre de 1870 dans le Perche Manifestations

Luigny et Brou, 13 juin 2021 : AG, conférence et visite des Amis du Perche d’Eure-et-Loir

Luigny et Brou, 13 juin 2021 : Assemblée générale, conférence et visite des Amis du Perche d'Eure-et-Loir

Soizé le 28 mai 2021,

                                                      Chers amis,

Vous êtes conviés à assister à l’assemblée générale des Amis du Perche d’Eure-et-Loir  qui aura lieu à la salle des fêtes de Luigny (Eure-et-Loir) le dimanche 13 juin 2021 à 9h30.

              Au programme :

  • Accueil à partir de 9h30.
  • Assemblée générale ordinaire à 9h45 avec, à l’ordre du jour, les rapports moral et financier 2020, les propositions d’actions pour 2021 et les questions diverses.
  • Conférence de 10h30 à 11h30 par Rosine Cleyet-Michaud sur la Guerre de 1870 dans le Perche suivie de la visite de l’église de Luigny.

A 12h30, un repas vous est proposé à Brou, au Plat d’Etain, pour un prix de 25€ par personne (1).

              –    Vers 15h, visite de la ville de Brou.

Munissez-vous d’un masque et si les conditions sanitaires évoluaient, nous vous en ferions part rapidement.

                                                       Avec toutes nos amitiés percheronnes.

                                                                       Le président, Michel Krecke.

(1) Réservation des repas par chèque auprès de Michèle Sortais, 32 rue Paul Deschanel à Nogent-le-Rotrou (28400). Tout repas payé ne pourra être remboursé au-delà du 5 juin 2021.

Centre du bourg de Luigny au début du XXe siècle
Le centre du bourg de Luigny, au début du XXe siècle (perche-gouet.net)
Brou et la place des Halles
Brou et la place des Halles

Les publications des Amis du Perche

Sur la guerre de 1870

Sur Brou :

Sur Luigny :

Page créée le 29 mai 2021.

Catégories
Comité scientifique La Guerre de 1870 dans le Perche

LES CAHIERS PERCHERONS OUVRENT LEURS PAGES À L’ÉVOCATION DE LA GUERRE DE 1870 DANS LE PERCHE

LES CAHIERS PERCHERONS OUVRENT LEURS PAGES À L’ÉVOCATION DE LA GUERRE DE 1870 DANS LE PERCHE

Les manifestations organisées ces dernières années pour commémorer la « Grande guerre » ont fait passer au second plan la mémoire d’un autre conflit « terrible », celui de 1870 dont nos campagnes et villes percheronnes ont pourtant été le théâtre. Loin de ne concerner que l’Est et bien naturellement Paris, dont le siège héroïque a durablement marqué les esprits, notre région s’est trouvée prise en étau par les armées de la Confédération germanique lancées vers la vallée de la Loire, avec le soutien de corps bavarois. Le relief accidenté et boisé de nos collines, susceptible de receler une résistance difficilement détectable, ne fut donc pas épargné par les combats opposant l’armée de la Loire aux forces d’invasion, l’occupation temporaire et le pillage de plusieurs bourgs, la réquisition de denrées alimentaires et le prélèvement de lourdes contributions financières. Deux épisodes majeurs ponctuèrent localement le redoutable hiver 1870-1871 : du 17 novembre au 18 décembre 1870, puis du 4 au 16 janvier, avant l’armistice du 28 janvier.
Les Cahiers Percherons se devaient de consacrer une large place à l’évocation de ce conflit aussi bref que brutal (qui préluda à la Commune de Paris), engagé en juillet 1870 sur la base d’une rivalité successorale au trône d’Espagne. Le premier numéro trimestriel double de la revue (n° 222-223) ouvre donc ses pages à 16 articles richement illustrés, placés sous la direction scientifique de Rosine Cleyet-Michaud et de Sophie Montagne-Chambolle, en coopération étroite avec Elisabeth Gautier-Desvaux. La place importante qu’y tiennent les témoignages de l’époque, dus à la plume de combattants comme de simples civils, transcrit avec force détails l’héroïsme comme les lâchetés, les combats, les marches harassantes des troupes, les prises d’otages et les pillages, l’attitude des autorités locales, le désarroi des populations et confère à ce volume un caractère particulièrement saisissant.
La sortie des presses, de l’Imprimerie Bellêmoise, est prévue pour le 21 décembre pour une mise en vente dans les librairies, maisons de la presse, offices de tourisme du Perche, comme sur le site de la Fédération des Amis du Perche.

La guerre de 1870 dans le Perche

200 pages, 74 illustrations, prix de vente public : 16 € (hors frais de port)

Page rédigée par Elisabeth Gautier-Desvaux, rédactrice en chef des Cahiers Percherons.

Les échos des lecteurs

# “Je viens de recevoir le dernier numéro de la revue consacrée à la guerre 1870-71 dans le Perche : une superbe édition !!! Merci à tous” (Didier ORSAL)

Page créée le 22 décembre 2020, mise à jour le 29 décembre.

Catégories
Comité scientifique

Cahiers Percherons 221 : Quelques témoignages

Cahiers Percherons n°221 : quelques témoignages

Trois fois dans l’année, les Amis du Perche publient les Cahiers Percherons, bulletins réalisés bénévolement par des historiens sous la direction d’Alain Morin (président des Amis du Perche, directeur de publication) et d’Elisabeth Gautier-Desvaux (secrétaire générale de rédaction). Quelques témoignages nous parviennent…

Monsieur le Président,

Lecteur attentif des Cahiers Percherons, je tiens à vous féliciter de la qualité de cette revue. J’ai particulièrement apprécié le numéro 221 de ces Cahiers Percherons, et notamment l’article “Le musée percheron et ses collections. Un trésor en sommeil” (qui me rappelle le souvenir et l’action de mon grand-père Olivier de Romanet).

Luc de Romanet, Conseiller général de l’Orne honoraire

Pour information, Olivier de Romanet a participé à la fondation de la Société percheronne d’histoire et d’archéologie, qu’il a présidée. Il fut membre de droit de la commission du Musée percheron.

Cahiers Percherons, n°221, 1er trim. 2020. 8€ (hors frais de port). Pour plus de renseignements, cliquez ici.

Cahiers Percherons, n°221
Cahiers Percherons n°221, août 2020, réalisé sous la direction d'Elisabeth Gautier-Desvaux

Page créée le 14 novembre 2020.

Catégories
Comité scientifique L'eau dans le Perche

Appel à contributions sur “l’eau dans le Perche”

Appel à contributions sur
"l’eau dans le Perche"

Après le numéro trimestriel double sur La guerre de 1870 dont la parution est prévue en novembre prochain, nous programmons pour l’année 2021 un ensemble d’articles sur le thème de l’eau dans le Perche. Il s’agit notamment de faire dialoguer les points de vue des scientifiques environnementaux et ceux des historiens, de manière à couvrir un champ d’études diversifié.

Le propos doit s’inscrire dans une perspective de lecture suffisamment problématique, évitant l’écueil d’un catalogue de références et de citations trop longues, tout en étant parfaitement documenté.

La liste de sujets possibles énoncée ci-dessous est indicative et non limitative :

–        Faune et flore des milieux aquatiques

–        Zones humides

–        Espaces naturels sensibles

–        Eaux usées

–        Eaux pluviales

–        Ephémérides de la pluviométrie (et de la sécheresse)

–        Orages et tornades

–        Sources et fontaines (notamment, fontaines votives)

–        Lavoirs

–        Adduction d’eau

–        Rôle frontière du réseau hydrographique

–        Navigation fluviale

–        Gestion administrative de l’eau

–        Adduction d’eau et irrigation

–        Usages industriels de l’eau

–        Lavoirs

–        Bassins et jets d’eau

–        Châteaux d’eau

–        Béliers hydrauliques

–        Usages industriels de l’eau

–        Pêche en rivière

–        Loisirs liés à l’eau (baignade, canotage, etc.)

La Commeauche

Les propositions de contribution, accompagnées d’un résumé d’une dizaine de lignes exposant le propos et les sources documentaires envisagées sont à adresser par voie de messagerie électronique, en vue de leur sélection par le comité de lecture, à :

cahierspercherons@gmail.com

Elisabeth Gautier-Desvaux, coordinatrice des Cahiers percherons.

Les publications des Amis du Perche

Page créée le 10 septembre, mise à jour le 11 septembre 2020.

Catégories
Comité scientifique Le Perche de 1914 à 1918

La Première Guerre mondiale dans le Perche : les publications

La Première Guerre mondiale dans le Perche : les publications

Quasi-inexistante jusqu’en 2014, l’historiographie percheronne sur l’histoire de la Grande Guerre s’est enrichie, permettant de combler une page d’histoire. En effet, les Amis du Perche – via le comité scientifique, les comités de rédaction des Cahiers Percherons, de Pays du Perche et les associations départementales – ont favorisé la recherche historique, soutenu les publications, vulgarisé ‘apport de nouvelles connaissances, organisé des conférences.

Pour cela, les Amis du Perche ont obtenu le soutien de la mission du Centenaire de la Grande Guerre et des collectivités territoriales.

2014-2020 : 6 années de recherches scientifiques sur 1914-1918

Sous la direction de Stéphane Tison, le colloque d’octobre 2014 a pu mettre des visages sur les “morts pour la France” originaire du Perche, mais aussi des héros du quotidien (tel qu’Alexandre Gapin, le philosophe Alain ou le général Malcor. Egalement, un bilan démographique sur “la monstrueuse hécatombe d’hommes [morts trop] jeunes dans la Marne, Verdun ou le Chemin des Dames” [Philippe Siguret, Histoire du Perche] a dévoilé la contribution du Perche dans ce conflit : 5 170 poilus du Perche ornais et eurélien ont perdu la vie. 

Ce colloque a révélé “aussi des civils associés comme jamais auparavant à la conduite d’un conflit interminable” (Stéphane Tison) : gestion des hôpitaux mixtes/temporaires/complémentaires à l’arrière, en accueillant de nombreux blessés du front. Aussi, l’économie percheronne (à travers l’exploitation des forêts par les bûcherons canadiens, l’agriculture locale) a participé à l’effort de guerre.

colloque-les-amis-du-perche
Samedi 4 octobre 2014, Mortagne-au-Perche, Le Carré du Perche, le temps des questions-réponses avec les intervenants (photo : Gaëtan Vaudron)
Le Cinquantième Jour, de Michel Ganivet

A travers ses travaux, Michel Ganivet s’est intéressé à la vie quotidienne de cinq villages, réalisé une micro-histoire dans la grande Histoire : Eperrais, le Pin-la-Garenne, Comblot, Muves-sur-Huisne et Corbon. En fait, il montre l’implication de la population dans la vie du pays, autour du maire (ou du 1er adjoint), du curé, parfois du secrétaire de mairie (et instituteur), dans l’accueil des blessés, l’envoie des réquisitions agricoles. Bref, comme il le montre dans Le cinquantième jour, le Perche vit la guerre.

GANIVET (Michel), Le Cinquantième jour, édition des Amis du Perche, novembre 2014, 21€ (hors frais de port).

De Paris, les Parlementaires percherons ou limitrophes – tels que Joseph Caillaux, Paul Deschanel et Maurive Viollette – tentent d’influencer le cours de la guerre, comma l’a démontré Patrick Hoguet.

Les actes du colloque du 3 octobre 2015 à Nogent, éditions des Amis du Perche, 2017, 19€ (hors frais de port).

1914-1918, les relations entre le pouvoir politique et les militaires
Actes du colloque 2015, Nogent-le-Rotrou, sous la direction de Jean Lebrun, organisé par Patrick Hoguet.

Les publications des Amis du Perche

1°) Les causes de la Grande Guerre

# SUZANNE (Jean-François), “Le panorama de la Grande Guerre”, dans Le Perche de 1914 à 1918, Actes du colloque  des 4 et 5 octobre 2014, Mortagne-au-Perche, édité en 2015, p. 17-23.

# TISON (Stéphane), maître de conférences à l’Université du Mans, président scientifique des deux colloques 2014 et 2018, “Les origines de la Grande Guerre. Le souvenir de 1870-1871, l’esprit de revanche et l’esprit de défense”, dans Le Perche de 1914 à 1918, Actes du colloque  des 4 et 5 octobre 2014, Mortagne-au-Perche, édité en 2015, p. 25-35.

2°) Les Percherons sur les différents fronts

# DUPREZ (Yves), délégué ornais du “Souvenir français”, “Les Percherons dans les premiers mois de la guerre 1914-1918”, dans Le Perche de 1914 à 1918, Actes du colloque  des 4 et 5 octobre 2014, Mortagne-au-Perche, édité en 2015, p. 37-72.

Le Perche de 1914 à 1918

# GALLAIS (Monique), membre du “Souvenir Français”, “Les aviateurs ornais et euréliens dans la Grande Guerre”, dans Le Perche de 1914 à 1918, Actes du colloque  des 4 et 5 octobre 2014, Mortagne-au-Perche, édité en 2015, p. 73-92.

# RUFFRAY (abbé Robert), “Les prêtres du Perche en guerre”, dans Le Perche de 1914 à 1918, Actes du colloque  des 4 et 5 octobre 2014, Mortagne-au-Perche, édité en 2015, p. 93-106.

# GUIMOND (Catherine), présidente des Amis du Musée Alain et de Mortagne, “La guerre au quotidien d’Emile Chartier, un philosophe devenu téléphoniste  d’artillerie”, dans Le Perche de 1914 à 1918, Actes du colloque  des 4 et 5 octobre 2014, Mortagne-au-Perche, édité en 2015, p. 107-132.

# LETERRE (Thierry), doyen du Centre Européen Dolibois Liami (Luxembourg), professeur de science politique à Miami University, Ohio (USA), président des Amis d’Alain, “Alain : vécu et pensée politique de la guerre”, dans Le Perche de 1914 à 1918, Actes du colloque  des 4 et 5 octobre 2014, Mortagne-au-Perche, édité en 2015, p. 133-156.

Cahiers Percherons, n°214, 2e trim 2018

# DUPREZ (Yves), “Le chef de bataillon Dubois de Saligny” [Saint-Martin-du-Vieux-Bellême], dans Les Cahiers Percherons, n°214, 2e trim. 2018, p. 5-10.

# GANIVET (Michel), “Les derniers instants du sous-lieutenant Gapin. L’étonnante histoire d’une photo retrouvée”, dans Les Cahiers Percherons, n°208, 4e trim. 2016, p. 3-5.

Cahiers Percherons, n°208, la Grande Guerre dans le Perche

# MALCOR (Bernard), vice-président d’honneur des Amis du Perche, “De la conduite des hommes par un général du Perche, Alfred Malcor – commandant de l’artillerie de la IVe armée du général Gouraud – à travers sa correspondance”, dans Le Perche de 1914 à 1918, Actes du colloque  des 4 et 5 octobre 2014, Mortagne-au-Perche, édité en 2015, p. 157-173.

Cahiers Percherons, n°176

# LECOMTE (Jacky), “Deux Percherons fusillés pour « l’exemple » : Léon GONSARD (1889-1915) – Albert TRUTON (1885-1917)”, dans les Cahiers Percherons, n°176, 4e trim. 2008.

3°) Le conflit vu par les Hommes politiques

# HOGUET (Patrick) et LEBRUN (Jean) (sous la dir.), 1914-1918, Les relations complexes entre le pouvoir politique et les militaires, Actes du colloque du 3 octobre 2015 à Nogent-le-Rotrou, éditions des Amis du Perche, 2017, 142 pages, 19€.

1914-1918, les relations entre le pouvoir politique et les militaires

# BOCK (Fabienne), “Le fonctionnement du Parlement dans la guerre”, dans 1914-1918, Les relations complexes entre le pouvoir politique et les militaires, Actes du colloque du 3 octobre 2015 à Nogent-le-Rotrou, p. 55-64.

# GUELTON (colonel Frédéric)”, Haut commandement, gouvernement et Parlement, pendant la Première Guerre mondiale”, dans 1914-1918, Les relations complexes entre le pouvoir politique et les militaires, Actes du colloque du 3 octobre 2015 à Nogent-le-Rotrou, p. 65-79.

# GARRIGUES (Jean), “Georges Clemenceau, du contrôle parlementaire au pouvoir combattant”, dans 1914-1918, Les relations complexes entre le pouvoir politique et les militaires, Actes du colloque du 3 octobre 2015 à Nogent-le-Rotrou, p. 81-101.

# HOGUET (Patrick), “Avec Paul Deschanel, l’influence des députés dans la guerre”, dans 1914-1918, Les relations complexes entre le pouvoir politique et les militaires, Actes du colloque du 3 octobre 2015 à Nogent-le-Rotrou, p. 103-138.

Le Perche de 1914 à 1918

# HOGUET (Patrick), ancien député d’Eure-et-Loir, “Paul Deschanel : le Parlement dans la guerre”, dans Le Perche de 1914 à 1918, Actes du colloque  des 4 et 5 octobre 2014, Mortagne-au-Perche, édité en 2015, p. 175-205.

# TISON (Stéphane), maître de conférence, à l’université du Mans, “Réflexions sur le ‘Pacifisme‘ en temps de guerre. Itinéraires croisés de Joseph Caillaux, Paul d’Estournelles de Constant, Maurice Viollette“, dans Le Perche de 1914 à 1918, Actes du colloque  des 4 et 5 octobre 2014, Mortagne-au-Perche, édité en 2015, p. 207-228.

4°) La guerre vécue à l'arrière, dans le Perche

# GANIVET (Michel), Le cinquantième jour, Amis du Perche, 2014, 324 pages, 21€.

Le Cinquantième Jour, de Michel Ganivet

# GANIVET (Michel), “La guerre vue ‘d’en bas’, dans Le Perche de 1914 à 1918, Actes du colloque  des 4 et 5 octobre 2014, Mortagne-au-Perche, édité en 2015, p. 285-293.

Le Perche de 1914 à 1918

# CAROBBI (Arnaud), professeur d’histoire-géographie, chargé de mission aux Archives départementales de la Sarthe, “Le dépôt du 103e régiment d’infanterie d’Alençon et les soldats percherons, 1914-1915″, dans Le Perche de 1914 à 1918, Actes du colloque  des 4 et 5 octobre 2014, Mortagne-au-Perche, édité en 2015, p. 229-243.

# LECOMTE (Jacki), “Les formations sanitaires dans le Perche, 1914-1919″, dans Le Perche de 1914 à 1918, Actes du colloque  des 4 et 5 octobre 2014, Mortagne-au-Perche, édité en 2015, p. 245-264.

# LE GOÏC (Matthieu), attaché de conservation à la Direction des archives et des biens culturels de l’Orne, “Les bûcherons canadiens dans les forêts du Perche, 1916-1919″, dans Le Perche de 1914 à 1918, Actes du colloque  des 4 et 5 octobre 2014, Mortagne-au-Perche, édité en 2015, p. 265-284.

# CLEYET-MICHAUD (Rosine), “Les réfugiés de la Grande Guerre dans le Perche, une première approche”, dans Les Cahiers Percherons, n°208, 4e trim. 2016, p. 29-40.

4-1°) A Mortagne

# GAUTIER-DESVAUX (Elisabeth), “Mortagne dans la tourmente : l’année 1914  et le début de la Grande Guerre“, dans les Cahiers Percherons, n°208, 4e trim. 2016, p. 7-28.

Cahiers Percherons, n°208, la Grande Guerre dans le Perche
Cahiers Percherons, n°214, 2e trim 2018

# SUZANNE (Jean-François), “La vie militaire à Mortagne au travers de la photographie”, dans les Cahiers Percherons, n°214, 2e trim. 2018, p. 11-13.

# SUZANNE (Jean-François), “La vie quotidienne à Mortagne à travers les délibérations du conseil municipal de 1913 à 1919″, dans les Cahiers Percherons, n°214, 2e trim. 2018, p. 15-44.

# LECOMTE (Jacky), “Mortagne-sur-Huisne (1915) : René Benjamin, journaliste-écrivain, secrétaire à la sous-préfecture, prix Goncourt 1915″, dans les Cahiers Percherons, n°208, 4e trim. 2016, p. 43-50.

4-2°) A La Chapelle-Montligeon

# CHARPENTIER de BEAUVILLE (Philippe), “Montligeon : l’Oeuvre et le village dans la guerre”, Les Cahiers Percherons, n°221, 1er trim. 2020, pp. 37-54. 8€ (hors frais de port).

Cahiers Percherons, n°221

4-3°) L'effort de guerre à l'arrière

# KRECKE (Michel), SIMON (Jean-Luc), SUZANNE (Jean-François), avec l’aide de CHALIGNE-LEPAREUR (Florence), “Correspondance de Jules Milert avec sa femme Marie, entre le front et la gestion de la ferme de la Touche (Frétigny), en 1917”, dans Les Cahiers Percherons, n°208, 4e trim. 2016, p. 53-67.

Cahiers Percherons, n°208, la Grande Guerre dans le Perche

5°) Les Mémoires de la Première Guerre mondiale

Le Perche de 1914 à 1918

# DURAND (Jean-Michel), “Le Perche de 1914 à 1918. Essai de quantification“, dans Le Perche de 1914 à 1918, Actes du colloque  des 4 et 5 octobre 2014, Mortagne-au-Perche, édité en 2015, p. 295-339.

# HEUDIER (Pierre), vice-président des Amis d’Alain, “Alain, militant de la paix et engagé volontaire”, dans Le Perche de 1914 à 1918, Actes du colloque  des 4 et 5 octobre 2014, Mortagne-au-Perche, édité en 2015, p. 387-395.

5-1°) La mémoire par les monuments aux morts

# BOURDIN (Gérard), professeur d’histoire-géographie en retraite, président du Pays Bas-Normand, “Les monuments aux morts du Perche ornais”, dans Le Perche de 1914 à 1918, Actes du colloque  des 4 et 5 octobre 2014, Mortagne-au-Perche, édité en 2015, p. 341-375.

# LEFEVRE (Myriane), LORME (Véronique), NEVEU (Yohan), “Soldats bellêmois dans Grande Guerre, étude des monuments aux morts du secteur de Bellême“, dans les Cahiers Percherons, n°214, 2e trim. 2018, p. 69-81.

Cahiers Percherons, n°214, 2e trim 2018
Cahiers Percherons, n°208, la Grande Guerre dans le Perche

# COSTIL (Guy) et COSQUERIC (Yves), “Les monuments aux morts de la paroisse de Rémalard“, dans Les Cahiers Percherons, n°208, 4e trim. 2016, p. 69-77.

# GAUTIER-DESVAUX (Elisabeth), “Les chemins de la gloire des ‘enfants’ de Saint-Mard-de-Réno“, dans les Cahiers Percherons, n°214, 2e trim. 2018, p. 47-67.

5-2°) La mémoire via les vitraux

# BARD (Patrick), écrivain et photographe, “Mémoire de verre, mémoire de guerre”, dans Le Perche de 1914 à 1918, Actes du colloque  des 4 et 5 octobre 2014, Mortagne-au-Perche, édité en 2015, p. 377-386.

# FEY (Nathalie) et BARD (Patrick), “A la mémoire de Jules, d’Alfred, d’Alphonse et des autres”, dans Pays du Perche, n°20, décembre 2013, p. 61-64. 7,50€ (sans frais de port).

Pays du Perche, 20, décembre 2013

Page créée le 8 août 2020, mise à jour le 6 mars 2021,
par Jean-François SUZANNE, président du comité scientifique des Amis du Perche

Catégories
Comité scientifique Le Perche de 1939 à 1945

La Seconde Guerre mondiale dans le Perche : les publications

1. Le Perche en 1940 : l'invasion

# ANDRIEU (René), “Introduction sur le Perche de 1940 à 1945”, dans Le Perche de 1940 à 1945Actes du colloque 2006, 2008. 28€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

# DUPREZ (Yves), “juin 1940 – L’invasion du Perche”, dans Le Perche de 1940 à 1945Actes du colloque 2006, 2008.

# LECOMTE (Jacky), “Rémalard : mai-juin 1940”, Cahiers Percherons, n°213, 1er trim. 2018. 8€ (hors frais de poste). Pour commander, cliquez ici.

# LECOMTE (Jacky) avec la participation de DUPREZ (Yves), “La journée du 16 juin 1940 dans les cantons de Longny-au-Perche et Rémalard, vu du côté de l’État-major de la 2e BLM”, Cahiers Percherons, n°216, 4e trim. 2018. 8€ (hors frais de poste). Pour commander, cliquez ici.

2. La vie quotidienne dans le Perche de 1940 à 1944

# BOURDIN (Gérard), “L’évolution de l’opinion dans le Perche ornais de 1940 1945”, dans Le Perche de 1940 à 1945, Actes du colloque 2006, 2008. 28€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

# BRISSARD (Yves), “Chronique d’une ville sous l’Occupation : Nogent-le-Rotrou (17 juin 1944 – 11 août 1944), dans Le Perche de 1940 à 1945, Actes du colloque 2006, 2008.

# HUDE (Albert), “Senonches lors de la Seconde Guerre mondiale”, Cahiers Percherons, n°203, 3e trim. 2015, p. 9-21. 8€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

3. Occupation et répression dans le Perche

# BRISSARD (Yves), “Chronique d’une ville sous l’Occupation : Nogent-le-Rotrou (17 juin 1944 – 11 août 1944), dans Le Perche de 1940 à 1945, Actes du colloque 2006, 2008. 28€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

# THIEUX (Margot), “L’exclusion sous Vichy”, dans Le Perche de 1940 à 1945, Actes du colloque 2006, 2008.

3.1. La répression

# POUTY (Thomas), “La répression franco-allemande dans le Perche ornais et le Perche d’Eure-et-Loir”, dans Le Perche de 1940 à 1945, Actes du colloque 2006, 2008. 28€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

# BOURDIN (Gérard) et POUTY (Thomas), “Bernard Jardin et Eugène Duru (1920-1946) : parcours de deux  Ornais au service de la Gestapo”, Cahiers Percherons, n°203, 3e trim. 2015, p. 55-59. 8€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

# LEYDIER (Jean), “L’abbé Krier, curé de Luigny, aux prises avec la Gestapo”, Cahiers Percherons, n° 148, 3e trim. 2001. 7€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

# CHAMPAGNE, née LOCHON (Sonia), “Les souvenirs de Sonia Lochon arrêtée le 4 août 1944, à Bellême”, Cahiers Percherons, n°198, 2e trim. 2014. 7€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

# NOEL (Eliane), “1940-1945, de nouveaux témoignages : explications sur les 3 FFI fusillés par les Allemands, le 12 août 1944, au château  du Gland (Morvilliers, Eure-et-Loir)”, Cahiers Percherons, n°199, 3e trim. 2014. 7€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

# Du LAC (Jean-Vincent), “Léon Groutel, résistant longnycien, fusillé le 12 août 1944”, Cahiers Percherons, n°203, 3e trim. 2015, p. 51-53.

3.2. La vie des juifs dans le Perche durant le conflit

# UZIEL (Salomon Marcel), ” ‘On ne fait pas la guerre aux enfants’. Itinéraire d’un enfant juif dans le Perche”, dans 1944, la Libération du Perche (sous la direction de Michel Ganivet), 2016 (2e édition), p. 203-216. 28€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

# PARIS (Alexandre), BOUDET (Cécile), COUTRIS (Elisabeth) et BOUILLAND-CHAUVEAU (Michèle), “Les enfants juifs du Nid des Bois d’Authon-du-Perche”, Cahiers Percherons, n°224, 4e trim. 2020. 8€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

# MORIN (Alain), “Deux enfants juifs cachés à Saint-Pierre-la-Bruyère”, Cahiers Percherons, n°224, 4e trim. 2020. 8€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

# HUNEMAN (Maurice), “La Bazoche-Gouet, refuge de la famille Huneman”, Cahiers Percherons, n°224, 4e trim. 2020. 8€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

3.3. L'internement

# MALCOR (Bernard) et de MONTALEMBERT (Gautier), “À l’ancienne verrerie de la Pierre, à Coudrecieux (Sarthe), un camp de concentration de nomades de 1940 à 1945”, Cahiers Percherons, n°193, 1er trim. 2013. 7€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

3.4. La déportation en Allemagne

# BOITARD (Claude), “Les frères Vallée, des martyrs pendant la Seconde Guerre mondiale”, Cahiers Percherons, n°203, 3e trim. 2015, p. 73-84. 8€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

# “Appel à projet : Prêtres et séminaristes du Perche ornais, prisonniers de guerre”, Cahiers Percherons, n°203, 3e trim. 2015, p. 85.

# “Appel à projet : les Percherons, déportés en Grande Allemagne”, Cahiers Percherons, n°203, 3e trim. 2015, p. 86.

3.5. Le STO

# BEUCHET (Sébastien), “L’exploitation par l’occupant de la main-d’oeuvre du Perche ornais (volonaire, requis du STO et réfractaires) et ses conséquences”, dans Le Perche de 1940 à 1945, Actes du colloque 2006, 2008. 28€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

# RUFFRAY (Robert), “Service du travail obligatoire (1943-1945) : Itinéraire de séminaristes percherons en Allemagne et en Autriche”, Cahiers Percherons, n°203, 3e trim. 2015, p. 61-72. 8€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

4. La Résistance dans le Perche

# ROBINE (Stéphane), “La Résistance dans le Perche ornais (1940-1944)”, dans Le Perche de 1940 à 1945, Actes du colloque 2006, 2008. 28€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

# Un prêtre dans la Résistance ornaise : l’abbé Marcel Poulain”, Cahiers Percherons, n°198, 2e trim. 2014. 7€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

# LE NOC (Joseph), “Le maquis de la Ferté-Vidame : De l’aube du 6 juin à la Libération de Paris”, dans 1944, la Libération du Perche (sous la direction de Michel Ganivet), 2016 (2e édition), p. 239-264. 28€ (hors frais de port. Pour commander, cliquez ici.

# GANIVET (Michel) et LEVESQUE (Jérôme), “La résistance à Lhome-Chamondot”, dans 1944, la Libération du Perche (sous la direction de Michel Ganivet), 2016 (2e édition), p. 217-234.

# DUPREZ (Yves), “Le réseau Hector, à Mortagne”, Cahiers Percherons, n°171, 2ème trim. 2007 (épuisé, uniquement disponible au format pdf). 5€. Pour commander, cliquez ici.

# MALCOR (Bernard), “La Résistance dans le Perche du Loir-et-Cher ou Perche vendômois”, dans Le Perche de 1940 à 1945, Actes du colloque 2006, 2008.

# CHEVEE (Daniel), “Joseph Le Berre, un résistant du Maquis de Plainville”, Cahiers Percherons, n°203, 3e trim. 2015, p. 45-48. 8€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

# LECOHUE (Maurice), “Les souvenirs d’un gars de Plainville”, dans 1944, la Libération du Perche (sous la direction de Michel Ganivet), 2016 (2e édition), p. 275-291.

# La Gestapo et la Milice contre la Résistance

# GANIVET (Michel), “Le 5 juin 1944, le maquis de Courcerault est anéanti. Le témoignage de Marcel Aveline”, dans 1944, la Libération du Perche (sous la direction de Michel Ganivet), 2016 (2e édition), p. 113-123. 28€ (hors frais de port. Pour commander, cliquez ici.

# BOURGE (Pierre), “L’assassinat de Marcel Billard à Saint-Aubin-de-Courteraie”, dans 1944, la Libération du Perche (sous la direction de Michel Ganivet), 2016 (2e édition), p. 185-186.

# GANIVET (Michel) et LEPINE (Michel), “Le 4 août, Gestapo et milice attaquent le maquis des Corbinières”, dans 1944, la Libération du Perche (sous la direction de Michel Ganivet), 2016 (2e édition), p. 131-145.

# GANIVET (Michel) et LEVESQUE (Jérôme), “Les cinq fusillés du château de Brotz”, dans 1944, la Libération du Perche (sous la direction de Michel Ganivet), 2016 (2e édition), p. 235-236.

5. La Libération du Perche

# DUPREZ (Yves), “1944 – La Libération”, dans Le Perche de 1940 à 1945, Actes du colloque 2006, 2008. 28€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

# ANDRIEU (René), “La bataille de Normandie et le maquis de Plainville (6 juin – 22 août 1944)”, Cahiers Percherons, n°150, 1er trim. 2002. 7€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

“Appel à projet : un hôpital militaire américain à Saint-Martin-des-Monts”, Cahiers Percherons, n°203, 3e trim. 2015, p. 54.

5.1. La guerre aérienne dans le Perche

# BERGERON (Alain), “Crashes d’avions dans le Perche de 1940 à 1944 : un inventaire à achever”, Cahiers Percherons, n°198, 2e trim. 2014. 7€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

# DAVID (Jean), “Histoire du crash du bombardier américain B-24” [à Boissy-Maugis, le 10 avril 1944], Cahiers Percherons, n°198, 2e trim. 2014, p. 41.

# FOREAU (Christian), “Le crash d’un bombardier américain à Coulonges-les-Sablons, en mai 1944”, Cahiers Percherons, n°203, 3e trim. 2015, p. 35-43. 8€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

# BERGERON (Alain), 1940-1945, de nouveaux témoignages : témoignage de Stanley Green, membre du B-17, touché par la flak le 25 juin 1944, près de Bellême”, Cahiers Percherons, n°199, 3e trim. 2014. 7€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

# GAZAÏ (Pierre), “Le 6 juillet 1944, un avion s’écrase à Condé-sur-Huisne”, Cahiers Percherons, n°122, 1er trim. 1995, p. XIII-XIV. 7€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

# NOËL (Eliane), “1940-1945, de nouveaux témoignages : Roussel, alias le lieutenant Jim, témoigne sur le crash d’un Messerschmitt 109 à Morvilliers (Eure-et-Loir), en août 1944”, Cahiers Percherons, n°199, 3e trim. 2014.

# MALCOR (Bernard) et SUZANNE (Jean-François), “La forêt de Fréteval en 1944 : 152 aviateurs alliés cachés et sauvés en lisière du Perche”, Cahiers Percherons, n°203, 3e trim. 2015, p. 25-33.

5.2. La Libération par villes ou secteurs

# GANIVET (Michel), “14 août : explosion tragique à Bazoche-sur-Hoesne”, dans 1944, la Libération du Perche (sous la direction de Michel Ganivet), 2016 (2e édition), p. 187-188. 28€ (hors frais de port. Pour commander, cliquez ici.

# GANIVET (Michel), “La Libération de Courtomer et le combat de Moulin-la-Marche”, dans 1944, la Libération du Perche (sous la direction de Michel Ganivet), 2016 (2e édition), p.190-193.

# LALES (Bernard), “La libération de Droué”, dans 1944, la Libération du Perche (sous la direction de Michel Ganivet), 2016 (2e édition), p. 307-317.

BETINAT (Huguette), DELETANG (Anne), MORIN (Claude) et VOUILLE (Robert), “La libération en pays sarthois : ‘Résistance’ en action à la Ferté-Bernard”, dans 1944, la Libération du Perche (sous la direction de Michel Ganivet), 2016 (2e édition), p. 319-337.

# MARCHAND (Stéphane), “Le 17 juin, le bombardement de la Loupe”, dans 1944, la Libération du Perche (sous la direction de Michel Ganivet), 2016 (2e édition), p. 265-274.

# DONAL (Freddy), “Le 6 juin au Mêle-sur-Sarthe”, dans 1944, la Libération du Perche (sous la direction de Michel Ganivet), 2016 (2e édition), p. 125-130.

# GANIVET (Michel), “Le Pin-la-Garenne libéré”, dans 1944, la Libération du Perche (sous la direction de Michel Ganivet), 2016 (2e édition), p. 195-202.

# COURONNE (Sonia) et GANIVET (Michel), “11 août historique sur le Saosnois : René, Louvigny, Saint-Rémy-du-Plain, Mamers”, dans 1944, la Libération du Perche (sous la direction de Michel Ganivet), 2016 (2e édition), p. 339-348.

# GANIVET (Michel), “La Libération à Mortagne”, dans 1944, la Libération du Perche (sous la direction de Michel Ganivet), 2016 (2e édition), p. 101-112.

# CORTOT (Stéphane), “le 11 août, à Nogent-le-Rotrou”, dans 1944, la Libération du Perche (sous la direction de Michel Ganivet), 2016 (2e édition), p. 293-306.

5.3. La tragédie de Tourouvre

# THIL (Gilbert), “Tourouvre : la tragédie du 13 août 1944. Son intégration dans la bataille de Normandie”, dans Le Perche de 1940 à 1945, Actes du colloque 2006, 2008. 28€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici ; Et dans 1944, la Libération du Perche (sous la direction de Michel Ganivet), 2016 (2e édition), p. 147-184. 28€ (hors frais de port. Pour commander, cliquez ici.

# RUDEL (Jacqueline), “Tourouvre, le 13 août 1944 : j’étais l’une des 80 otages…”, Cahiers Percherons, n°194, 2e trim. 2013. 7€ (hors frais de port). Pour commander, cliquez ici.

Page créée le 2 août 2020, mise à jour le 06 mars 2021.